> Présentation

> On en parle

La Provence


Dans l'oeil de Maurice Pelinq
Vie et histoire du cinéma à Aix-en-Provence



> Auteurs :

Bernard Pelinq, Guy Astic

> Date de parution :

décembre 2016

  [agrandir]

Aix-en-Provence est considérée comme la ville de province où l'on va le plus au cinéma. Il faut dire que l'offre est variée, répartie sur quatre sites et seize salles : Le Mazarin, Le Renoir, Le Cézanne, L'Institut de l'image. Des films grand public aux œuvres moins balisées, tout ou presque peut être vu dans la cité nichée au pied de la Sainte-Victoire. L'ambiance y est cinéphile. Pourquoi un tel phénomène ? Parce que la ville d'Aix a été traversée, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, par un esprit d'entreprise et un enthousiasme sans pareil pour les œuvres projetées sur grand écran. Un élan dont Maurice Pelinq a été un acteur et un observateur privilégiés. C'est à partir de ses témoignages, recueillis par sa femme, Mireille Pelinq, elle-même active dans la promotion du cinéma en tant qu'art, divertissement et bien culturel, que le livre se déploie d'abord. Il revient ainsi sur l'importance et la pérennité des Ciné-clubs aixois, créés en 1947 et qui ont connu leur apogée dans les années 1950-1960. C'est aussi l'occasion d'évoquer les nombreuses salles de cinéma qui ont vu le jour, rayonné, disparu, changé d'enseigne… Comme en témoignent les photographies de Jean Ely, dont le studio et l'atelier du Passage Agard constituent la voie royale pour la mémoire en images de la ville. Cette constellation cinéma observée à partir de Maurice Pelinq s'enrichit d'entretiens avec ceux et celles qui ont fait, font encore du septième art à Aix une activité culturelle et un art majeurs : Jean Chenu, Patrick Dorflein, Emmanuelle Ferrari, Jean-Marie Guillaume, Bernard Monnié et Sabine Putorti se passent ainsi le relais pour compléter cette histoire vive, passionnée, qui n'est pas près de s'éteindre.


  • 165 x 205 mm
  • cousu-collé
  • 144 pages, 65 images
  • 16 €
  • ISBN 2-915083-24-8